aller à la navigation

La Françafrique préside l’Union Africaine décembre 16 2008

Infos : , rétrolien

Chronique publiée dans Echos du Nord et le site de Publiez ce
que vous payez Gabon
pwypgabon.org le 15 mai 2008

L’ultralibéralisme  triomphant ayant transformé la terre en un immense marché de dupes, tous les pays du monde se battent pour dominer les autres ou pour survivre à la loi féroce du Grand capital. Incongrûment pour Sarkozy et paradoxalement pour Omar Bongo, le destin du Gabon se perpétue comme le dernier bastion, inexpugnable, de la Françafrique. De fait, le nouveau président de la Commission de l’Union africaine est… Nicolas Sarkozy, logé dans le cheval de Troie gabonais.

Dans le nouvel ordre mondial qui a suivi la fin de la Guerre froide, les puissants imposent toujours plus leur puissance, au moyen de technologies de plus en plus sophistiquées pour communiquer et accéder aux marchés du monde entier en un clic de souris, ainsi que de lois du marché de plus en plus iniques imposées par des structures non démocratiques, au service de la haute finance internationale (OMC, FMI…)

Le 3è millénaire a donc commencé avec une nouvelle guerre de type darwinien. Du tyrannosaure américain au mammouth européen, du vélociraptor asiatique au brontosaure africain, toute la création lutte: le prédateur pour dominer et les proies pour leur survie. Il est loin, le temps des idéologies, celui des conservateurs qui voulaient que «tout change pour que rien ne change», des progressistes qui prônaient que tout le monde change pour que le monde change, des utopistes qui avaient foi en un monde meilleur et plus juste, des anarchistes qui voulaient repenser les pouvoirs et des nihilistes qui espéraient tout changer pour que tout change.

Tout change donc dans notre quotidien. On glose énormément sur les révolutions technologiques, mais la plus importante de ces dernières décennies est la hot money, l’argent virtuel. Nous vivons désormais dans un prétendu village planétaire où les seules frontières qui doivent désormais subsister et se renforcer sont celles qui doivent mettre fin aux migrations économiques, politiques et écologiques vers les pays riches. Le terme «frontière» s’applique désormais aux seuls humains, d’où la profusion de murs (aux Etats-Unis, à la frontière mexicaine, à Bagdad, en Palestine, aux portes africaines de l’Europe…) A l’inverse, les pays riches imposent la suppression des barrières douanières, tarifaires et financières chez les plus faibles, en pratiquant un protectionnisme déguisé sous la forme de subventions, de normes sanitaires et de divers autres artifices. La définition communiste de l’«impérialisme, stade suprême du capitalisme» est ringardée par une mondialisation, stade suprême de l’impérialisme. Et le désespoir des plus faibles les amène, pour survivre, à adopter de nouvelles formes de luttes: constitution de zones d’intérêts, revendications de la société civile, guerres asymétriques de toutes sortes. Les producteurs de banane camerounais, de coton malien ou burkinabè, de cacao ivoirien, de médicaments indiens, de nombreuses personnalités politiques d’Amérique du Sud, d’Afrique et d’Asie, des associations ont compris que si le monde a changé, ce n’est pas quant au fond, mais dans l’intensité de sa férocité.

Le secrétaire d’Etat Jean-Marie Bockel a, récemment, affirmé la nécessité d’en finir avec la Françafrique. Dans Le Monde, il a affirmé que «la rupture [promise par le candidat Sarkozy avec la Françafrique] tarde à venir. Il y a encore trop de rentes de situation, trop d’intermédiaires sans utilité claire, trop de réseaux parallèles pour permettre un partenariat assaini, décomplexé, d’égal à égal. La “Françafrique” est moribonde. Je veux signer son acte de décès. Il ne s’agit pas de faire la morale, mais d’aider au développement. Or, à cause de défauts de gouvernance dans certains pays, notre politique de coopération, malgré de multiples réalisations, ne permet pas des progrès à la hauteur des efforts consentis.»

Les pouvoirs français nous ont habitués à ce genre de déclarations. Lorsqu’on pense à l’autodétermination de De Gaulle, à «l’Afrique aux Africains» de Giscard et au discours de La Baule de Mitterrand, force est de constater que le pouvoir gabonais est à bonne école: effet d’annonce et… flop! De fait, la déclaration du renégat socialiste revendiquant la rupture s’inscrit, elle-même, dans la continuité. J’ai déjà dit ici que la vision de la Françafrique varie, chez Sarkozy, selon qu’il se trouve à Paris, à Dakar ou à Libreville.

Qui n’est pas resté perplexe devant la fracture qui a existé entre son discours de Dakar et celui de Libreville? Alors qu’au Sénégal, pays d’immigration, l’adresse à la jeunesse, perçue comme injurieusement moralisatrice et post-colonialiste par nombre d’entre nous, consistait, entre les lignes, à dire aux Africains que la France ne veut plus être le paradis, qu’elle aussi a des problèmes et que les Africains doivent rester chez eux pour résoudre eux-mêmes les leurs, moyennant, au besoin, une assistance de la «métropole» (s’adressant à ses compatriotes à Dakar, il a employé ce terme qui s’utilisait par opposition aux territoires français d’Outre-mer pendant la colonisation!) Dans sa diatribe de Dakar, le président français a dénoncé, entre autres, la mauvaise gouvernance et ce qu’il considère comme un immobilisme viscéral des Africains, incapables de concevoir la moindre forme de progrès, handicapés mentalement par la recherche d’un paradis précolonial perdu ainsi que par les poussiéreuses et rétrogrades références à la tradition.

A Libreville, rien sur la mentalité africaine, rien sur la mauvaise gouvernance. Au contraire, quelques jours après avoir accepté de réduire de 20% la dette bilatérale de cet ancien «émirat d’Afrique centrale» réputé pour sa rente de situation pétrolière et son PNB/h qui rend extraordinaire son incapacité à sortir du sous-développement, le président français a renoué avec la posture de l’avocat pour trouver «injuste» que le Gabon soit considéré comme un pays à revenu intermédiaire. Il est vrai qu’il a reconnu que notre pays ne constitue pas un danger pour l’immigration en France.
La politique africaine de Nicolas Sarkozy, en réalité, tourne uniquement autour du problème crucial de l’immigration. N’a-t-il pas, aussi bien à Dakar qu’à Libreville, affirmé qu’il ne voyait absolument aucun mal à ce que l’Afrique francophone multiplie ses partenaires économiques? Il développait cette opinion pour asseoir l’idée que le pré-carré français, avec lui, c’est fini, car il prône désormais un «partenariat» avec les anciennes colonies qui, pourvu qu’elles retiennent leurs ressortissants, sont libres de traiter avec qui elles veulent.
«Trop d’intermédiaires sans utilité claire, trop de réseaux parallèles pour permettre un partenariat assaini», dites-vous? Alors pourquoi, bien avant qu’il soit président de la République, Sarkozy était-il le visiteur le plus assidu d’Omar Bongo à chaque passage, même privé de ce dernier à Paris? Pascaline Bongo était-elle militante de l’UMP pour assister, au premier rang, à la cérémonie d’investiture du candidat Sarkozy?

Si le paternalisme n’est plus aussi apparent, si le contexte international a changé, si le monde d’aujourd’hui n’est plus le monde de De Gaulle, si le concept de Françafrique est rageusement fustigé à Paris, il n’en demeure pas moins que, quel que soit son bord politique, l’Etat français perpétue les relations privilégiées, toujours fortement personnalisées, avec les pays africains que sont censés incarner leurs dirigeants. Sarkozy est conscient que les réseaux franco-gabonais tissés dans certaines loges maçonniques affairistes et dans la corruption sont loin d’être des réseaux dormants. Ni De Gaulle, Pompidou et Giscard (dont les services spéciaux maîtrisaient toute la Françafrique sauf le Gabon où Elf et les «forestiers» étaient les seuls maîtres à bord), ni Mitterrand, ni Chirac n’ont osé cette bonne blague que proclame le secrétaire d’Etat français à la coopération.

Par ailleurs, plus que jamais, le Gabon est une plateforme stratégique de la Défense française: évacuations des ressortissants français lors des rébellions successives en RCA et au Tchad, programme Récamp, élections en RDC, …

Certes, Sarkozy, qui ne gouverne qu’avec la com, fera quelque chose. Mais si rupture il y a, ce ne sera pas dans le fond, mais dans le style.

S’il reste donc un seul pré-carré, ce sera le Gabon. Jean-Ping est le nouveau patron de l’Union africaine? Cette organisation sera donc, de fait, présidée par Omar Bongo. Donc par Nicolas Sarkozy.


Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 19 articles | blog Gratuit | Abus?